Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 3 février 2023
Antananarivo | 02h17
 

Culturel

Culture

OMDA : regain de tension entre le ministère de la culture et les artistes

lundi 23 janvier | Mandimbisoa R.

Le bras de fer opposant des artistes membres de l’Office Malagasy des Droits d’Auteurs (OMDA) au ministère de la Communication et de la Culture continue. En attendant la promulgation de la refonte de la loi sur la propriété littéraire et artistique du député-artiste Paul Bert Rahasimanana alias Rossy, un avis de convocation des artistes membres de cet office a été envoyé par le ministère pour une assemblée générale le 24 janvier prochain à Mahamasina.

A l’ordre du jour de la réunion figure la présentation du bilan d’activités de l’OMDA, l’élection des membres du conseil d’administration et la présentation de vœux de nouvel an des artistes. Des ailes dissidents de l’Office, des artistes de renom comme Jaojoby Eusèbe ou encore Samoela critiquent la tenue de cette réunion. Ils sont peu enthousiastes pour une élection des membres du conseil d’administration de l’office, sachant qu’une nouvelle structure devrait être mise en place après la promulgation de la loi Rossy.

Habituellement, cette assemblée se déroule le troisième samedi du mois de février mais elle a été avancée par le ministère. Jaojoby Eusèbe et Samoela, des artistes de renommée, affirment qu’ils sont opposés à une tenue des élections à la va vite car cela risque d’attiser la tension au sein de l’office qui n’a plus de directeur officiel depuis le limogeage de Haja Ranjarivo le 2 février 2022. Ils rappelle que artistes n’ont plus reçu les droits d’auteur depuis l’année dernière. Depuis le départ de Haja Ranjarivo en poste depuis vingt ans, le ministère peine à trouver son remplaçant malgré un appel à candidatures lancé depuis plusieurs mois.

Une conférence de presse des artistes s’opposant à la tenue de cette réunion est prévue ce lundi 23 janvier mais d’autres voix s’élèvent déjà à l’instar de la chanteuse Stéphanie qui appelle ses pairs à se rendre massivement à l’assemblée générale à Mahamasina. « Il faut passer au vote des nouveaux membres, étant donné que le mandat des anciens membres du CA de l’OMDA est échu depuis le mois de novembre dernier. Quels intérêts défendez-vous pour s’accrocher ainsi », s’adresse-elle aux artistes membres actuel de ce CA. Une signe de division qui apparait au grand jour au sein des membres de cette institution. Une division dénoncée par Jaojaoby et Samoela comme orchestrée par le ministère.

Dans la nouvelle loi, l’OMDA ne sera plus sous tutelle du ministère de la Communication et de la Culture. Sa tutelle revient désormais à la présidence de la République, là où les artistes espèrent avoir plus de faveur et d’indépendance. Mais le ministère de la Communication et de la Culture soutient que le statut dont cette structure bénéficie, « autorité administrative indépendante », n’est pas conforme à la loi.

Sur les 7000 affilies à l’OMDA, la majorité des artistes évoluent dans le monde musical mais il y a aussi des peintres, poètes, sculpteurs, écrivains.

4 commentaires

Vos commentaires

  • 23 janvier à 10:21 | arsonist (#10169)

    (i) Quelle valeur croyez-vous que la culture foza puisse avoir ?
    Et déjà, est-ce qu’il existe une culture foza ?
    Perso, j’ignore les réponses à ces questions !

    Mais , compte tenu
    .de la pratique du pouvoir par Brosse-Li DJ bac-3 Rajoelina faikam-boto
    .et du niveau d’instruction des foza
    je ne suis guère étonné de l’existence de tensions
    entre les artistes , surtout les artistes créateurs ,
    et le pouvoir foza !

    (ii) Normale Sup’ "Ulm" s’est alliée aux univeristés
    de Thiès [Sénégal]
    et du Witwatersrand [Sud-Af]
    pour des cours communs en présentiel et en distantiel.

    Ben ! Tant mieux pour les étudiants Français , les étudiants Sénégalais et les étudiants Sud-Af qui vont en profiter !

    Ils auront de sérieuses chances d’atteindre un niveau "misavaombaona" , selon le langage fozaesque pratiqué par la be-sy-leo foza femelle anti ambaniandro isandra !

    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/au-s%C3%A9n%C3%A9gal-normale-sup-lance-un-programme-de-formation-in%C3%A9dit-entre-la-france-et-l-afrique/ar-AA16jY58?li=BBkGbOY

    (iii) Hum ! L’enseignement sup’ au ras des pâquerettes à Mada,
    version foza de Brosse-Li DJ bac-3 Rajoelina faikam-boto anti "misavaombaona",
    intéresse, paraî-il, les étudiants en médecine [pisse-méme comprise(?)] camerounais !
    Bof ! Si ça satisfait les Camerounais !

    Mais après avoir appris cela , quel patient irait se faire soigner au Cameroun ?
    Je vous le damande !

  • 23 janvier à 11:14 | citoyendumonde (#4292)

    Ampy tsara ho anareo mpanakanto ny mahazo anareo izao. Rehefa mbola mitady dia mandehana indray mandihy sy manao fety miaraka aminy rehefa tonga ny propavandy. Tsy maimaipoana ny vola atondraka amin’ny propavandy ireny.

    • 23 janvier à 11:57 | lé kopé (#10607) répond à citoyendumonde

      Certains de ces artistes , comme vous l’aviez insinué , ont participé et soutenu les propagandes du Calife en 2018 . Et maintenant , ils crient au loup !!! Sans parler du comportement indigne de La Ministre , qui après avoir "testé" les geôles De La République , est maintenant l’une des personnalités de confiance de son mentor , jusqu’à s’immiscer dans les affaires des Chefs d’Etat Africains à la Maison Blanche... Se prendrait elle pour un Président de La République Malagasy bis ? Dans ce cas là , notre Constitution est obsolète . Bref, comme des millions de profanes qui ont suivi le Timonier depuis 2009 , bon nombre se sont ravisés actuellement ,et jurent qu’ils ne se laisseraient plus prendre au piège cette fois ci . Je suis encore étonné de la crédulité de ces gens , qui composent les différentes couches de notre société . Le pire , c’est que des prétendus "intellectuels" se laissent commander par un ignare, qui n’a jamais mis les pieds dans une quelconque école Supérieure . Comme deux aveugles qui se tiennent la main , le Pays est gouverné par des fantoches qui l’ ont entraîné dans le plus profond des classements , à savoir , le sixième Pays le plus pauvre du Monde ... Si ce n’est pas une misère , Dieu que cela y ressemble . Bonne semaine à tous , con...vaincus ou non !!!

  • 23 janvier à 14:24 | Kobbe (#11248)

    ROSSY & LE DRAME IDENTITAIRE AU MADAGASCAR/AFRIQUE
    Jamais une crise identitaire n’a été si profonde chez les ressortissants du Grand Sud (Afrique, Asie et Moyen-Orient). Ainsi, bien qu’un nom de premier plan dans la culture musicale malgache, ’’Paul Bert’’ Rahasimanana en tant qu’élite socioculturelle fait partie des leaders du pays qui (consciemment ou inconsciemment) contribuent à enfoncer profondément la semence de l’enculturation dans l’esprit des masses locaux. Tenez, aujourd’hui, seulement 25% de la population locale porte un nom et prénom complet authentiquement malgache (!).

    Certains disent ceci n’a pas d’importance, nous vivons actuellement dans la multiculturalité. Non ! c’est toi qui ploge aveuglement dans une multiculturalité Sud-Nord, et tu te nois/suicides : l’occidental porte ses noms ancestraux complets, il se dira pas ’’je vis actuellement dans la multiculturalité’’ et va porter par ex. le nom de Andry...Solofo ou Toky ! Seul toi qui te créé une multiculturalité de soumis/enculturé par liaison culturelle ou amourouse... Et parfois tes propres enfants renient pareillement leur Madagascarité pour s’identifier comme soi-disant ’’métis’’ bien que telle race n’existe pas, pure identité imaginaire. Ils finissent aussi que comme des valets culturels, et s’aperçoivent tard qu’ils ne sont que des malgaches par simple expression.

    Et par le mensonge des media et la télé, notre génération est plus complexée que celle de nos parents. Mais l’Africain, l’Asiatique et le Moyent-Oriental ont souvent tendance à fuir leur identité ; surtout s’ils se retrouvent à l’Ouest : ainsi , un Walid deviens Waleed, un Li deviens Lee, un Rajiv deviens Rajeev...des bouffons occidentalisés. Quelle stupidité ça !? Tu fuis ton identité, ça te rattrappera d’une manière ou d’une autre.

    Au pays, beaucoup détiennent un nom culturel dont ils n’ont aucune idée, ils ne font que suivre le courant de la marée. Il est clair que le chanteur Rahasimanana ne connaît ni la signification ni l’origine de noms comme ’’Paul’’ ou ’’Bert.’’ Il porte pourtant ces 2 noms occidentaux, dits ’’chretiens’’. Oh Dieu, réveillons-nous, les gars ! Le changement et le progrès commencent quand on découvre qui on est réellement, quand on deviens fier de soi et de son identité : car on ne peut pas préserver ni promouvoir une chose dont on n’est pas fier, c’est le contraire qui est vrai.

Publicité




Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS